Grand-Est

Du 02/06/2016 au 02/06/2016

Groupements hospitaliers de territoire : « l’expérience lorraine aura valeur d’exemple »

Une délégation de la Fédération hospitalière de France était présente le 2 juin 2016 à Nancy et Saint-Dié. Un déplacement particulier dans le cadre du tour de France de la FHF pour sa plateforme politique 2017, car la Lorraine a été moteur dans la maturation du concept de groupement hospitalier de territoire.

La fusion des fédérations hospitalièresrégionales en une FHF Grand Est a été réalisée avec un positionnement s’appuyant sur les groupements hospitaliers de territoire (GHT), a d’ailleurs indiqué ce 2 juin Valérie Jurin, la déléguée régionale. Une fusion qualifiée « d’exemplaire » par David Gruson, qui a souligné le « bon choix » d’opter pour une déléguée permanente, ce qui permettra à la fois « de répondre efficacement aux besoins des adhérents et de peser dans le dialogue avec les agences régionales de santé (ARS) ».

Résister à la concentration

Les professionnels rencontrés à Nancy et à Saint-Dié se posent un certain nombre de questions sur les nouvelles organisations territoriales liées aux GHT : quel positionnement de la psychiatrie, des hôpitaux locaux et du secteur médico-social, quels partenariats, quel lien entre CHU et centres de lutte contre le cancer, quel rôle du CHU vis-à-vis des territoires et avec le service de santé des armées, quelle place (réelle ou théorique ?) des comités des usagers ou encore des médecins libéraux ?…

Pour la FHF, la Lorraine présente un bon modèle d’articulation avec la psychiatrie dans des groupements polyvalents, avec un CHU positionné comme point d’ancrage territorial et un partenariat CHU-centre de lutte contre le cancer structurant au plan régional… Bernard Dupont, directeur du CHU de Nancy  estime ce 2 juin que « les GHT vont bouleverser l’image que nous avons de nos établissements, quelle que soit leur taille et leur secteur. La crainte des « petits » est de se faire avaler par les plus gros. Ce ne sera pas le cas », assure-t-il. Les CHU devront même s’adapter à de nouvelles formes de gouvernance territoriale, a complété le Pr Claudon, président de la commission médicale d’établissement (CME) de Nancy et président de la conférence des présidents de CME de CHU.

Une stratégie de groupe public

A Saint-Dié (Vosges), face à des professionnels parfois inquiets, David Gruson a plaidé pour « des GHT gouvernables mais où l’on se parle », et qui devront intégrerdes piliers psychiatrie et médico-social, voire un pilier hôpital local. A la question, « un GHT doit-il être in fine fédératif ou intégratif ? », le délégué général de la FHF répond qu’ « il s’agit d’un chemin d’intégration dont il faut trouver le rythme ». Dans tous les cas, « il faudra arriver à une bonne lisibilité des parcours patients et de nos stratégies de groupes publics face à la structuration de l’offre privée », a insisté David Piney, président de CME du CH de Lunéville.

Pour les représentants de la FHF, le modèle des GHT devra enfin réinterroger le modèle de financement au regard de la mission d’intérêt général de maintien de l’accessibilité des soins portée collectivement par les acteurs hospitaliers publics.

« Nos échanges sont un matériau inestimable pour préparer la plateforme 2017 de la FHF, a une nouvelle fois insisté David Gruson en conclusion de ces échanges, incitant les adhérents de la FHF à participer à la consultation numérique mise en place fin mai, dans un contexte de double révolution, territoriale et digitale.

Les villes visitées

Partagez sur