Bischwiller

26/01/2017

Bischwiller : des techniques de pointe au chevet de la personne âgée

Le centre hospitalier de Bischwiller, au nord de Strasbourg, avait été choisi comme seconde destination alsacienne de la délégation nationale de la FHF, le 26 janvier 2017. Dans cette structure qui couvre l’ensemble de la filière gériatrique, les représentants de la FHF ont eu une nouvelle démonstration de la capacité d’innovation du secteur public dans des domaines par ailleurs bien délaissés.

 

Le centre hospitalier (CH) de Bischwiller représente 904 lits et places à vocation essentiellement gériatrique, pour plus de 800 professionnels. « Nous avons tous les services qui peuvent exister dans la filière, à l’exception des UHR et UCC », indique Magaly Haeffele, directrice du CH. Bischwiller vient d’ouvrir en 2016 son pôle d’activités médicales gériatriques, couvrant le court séjour, les soins de suite, mais aussi les soins palliatifs gérontologiques.

 

Soins palliatifs gériatriques : Bischwiller comble un vide

 

Dès 2001, le CH créait une équipe mobile de soins palliatifs gériatriques. Aujourd’hui, il comble un vide territorial avec l’ouverture en octobre 2016 d’une unité de soins palliatifs gériatriques (USPG) de 10 lits, visitée ce 26 janvier par les représentants de la FHF. « Car nous savons que les patients en gériatrie pâtissent de l’absence de places dans les unités de soins palliatifs classiques », a argumenté le Dr Berna, président de commission médicale d’établissement (CME).

Autre service visité dans la foulée, l’unité d’hospitalisation sécurisée. L’UHS est destinée aux patients avec troubles comportementaux d’origine neurodégénérative pour le soin d’atteintes de type pneumopathie, infection, affaiblissement généralisé… Un suivi qui doit obligatoirement se faire en milieu hospitalier mais qui est rendu compliqué par les troubles du comportement. L’UHS permet un meilleur respect de la dignité de la personne (éviter l’isolement, l’attachement…), évite d’éventuelles sorties inappropriées du service et « protège » les autres patients dans certaines circonstances.

 

Une télémédecine inscrite dans le marbre… malgré la déshérence tarifaire

 

Toujours dans le registre de l’innovation, les représentants de la FHF se sont fait présenter les salles de télémédecine. Le CH de Bischwiller a en effet été en pointe des expérimentations dans ce domaine. « Nous avons réalisé 354 actes de télémédecine en deux ans », indique le Dr Berna. Le CH fournit son expertise à l’extérieur comme elle peut en recevoir de la part de ses partenaires, acteurs publics comme libéraux.

La télé-échographie repose par exemple sur un partenariat avec un cabinet de radiologie de Strasbourg et, en interne, sur l’analyse d’une manipulatrice radio particulièrement expérimentée dans l’analyse 2D comme 3D. « Il était impossible pour l’établissement de mettre en place un plan de formation pour les quelque 500 aides-soignantes en matière de télémédecine. D’où la mise en place d’une télé-apparitrice faisant à la fois le secrétariat, le transport du LIM, etc. », aura complété le Dr Berna. Sur ses trois chariots mobiles de télémédecine LIM, le CH de Bischwiller en a mis un à la disposition des Ehpad sollicitant son expertise. Face à l’intérêt et au succès rencontré, le CH a élargi l’usage de la télésanté par exemple à la kiné ou à l’ergothérapie, pour l’identification des besoins avant déclenchement des prises en charge proprement dites.

 

Un espace Snoezelen par résidence

« Seriez-vous heureux de pouvoir facturer à l’acte en télémédecine ? », s’est enquis David Gruson, délégué général de la FHF. « Nous n’attendons que cela ! », aura réagi le Dr Berna. Et pour cause, depuis la fin de l’expérimentation, le CH continue de rendre ses services de télémédecine… bénévolement. « Nous ne voulions pas lâcher nos partenaires, notamment Ehpad, qui comptent sur notre expertise. »

Les responsables de la FHF se sont vu enfin présenter l’un des espaces Snoezelen qui équipent chacune des nouvelles structures du CH. Ces espaces sont destinés à la stimulation sensorielle des personnes âgées. Des chariots Snoezelen permettent aussi de tenir ces séances jusque dans les chambres des résidents, au sein des services…

Dans la continuité de son tour de France, la délégation nationale de la FHF aura pu apprécier à Bischwiller un véritable concentré d’innovation et d’imagination dans le domaine gérontologique.

Les autres villes visitées

Partagez sur