Orléans

22/06/2016

A Orléans, ça déménage

Les responsables nationaux de la FHF visitaient le tout nouvel hôpital d’Orléans le 22 juin 2016 pour leur seconde halte régionale, après avoir rencontré les adhérents de la FHF régionale le matin même à Blois. Une journée qui aura démontré l’importante capacité d’adaptation de l’hôpital public.

Les sept nouveaux bâtiments du centre hospitalier régional d’Orléans regroupent depuis fin 2015 l’ensemble des services sur un seul site, chacun correspondant à un pôle du CHR. Repérage par couleurs, clarté, équipements à la pointe (en biologie, pharmacie, logistique…), tout a été fait pour rendre le nouvel hôpital plus opérationnel pour les usagers. « Mais ce très gros chantier a aussi été très dense au plan managérial. Tout le monde s’est considérablement investi. Aucune organisation n’a été reconduite dans le nouvel hôpital », a indiqué Olivier Boyer, directeur du CHR, aux représentants de la FHF le 22 juin en présence des chefs de pôles et d’un certain nombre de médecins, cadres hospitaliers…

Laisser l’initiative au terrain !

Une démarche saluée par le président de la FHF, Frédéric Valletoux : « Etre capable de changer de locaux, de pratiques et d’organisation constitue un « tout-en-un » fascinant. Ceci montre aux politiques, aux médias, que l’hôpital sait s’adapter ! », a-t-il souligné au détour de la visite des services de chirurgie ambulatoire, de réanimation médicale, du laboratoire de biologie médicale à l’équipement dernier cri, ou encore de la pharmacie à usage intérieur (PUI). L’automatisation de la moitié du travail lié au circuit du médicament permet par exemple un gain de temps infirmier. Toujours spectaculaires, les véhicules autoguidés de transport logistique (tortues) désormais en place permettent aussi un précieux gain de « temps homme », en acheminant directement dans les services plateaux repas, matériel de blanchisserie mais également produits pharmaceutiques…

« Comme toutes nos rencontres aux quatre coins de l’Hexagone, cette visite nous permettra de formaliser à partir d’exemples concrets la capacité de modernisation et d’innovation de l’hôpital public, a insisté Frédéric Valletoux ce 22 juin. Je pense qu’elles nous permettront d’affirmer dans le cadre de notre plateforme politique qu’il faut libérer les énergies sur le terrain, permettre davantage d’expérimentations et assouplir les statuts afin de permettre aux établissements d’inventer les réponses adaptées aux besoins spécifiques de leur territoire », notamment dans le cadre des GHT.

L’intérêt des établissements supports à aider certaines activités 

En marge de la visite de la PUI d’Orléans, une responsable d’EHPAD accompagnant la délégation de la FHF confiait ainsi les espoirs placés par le secteur médico-social dans les coopérations de territoire en Centre-Val de Loire : « Nous ne pouvons qu’être en faveur des GHT quand je vois les synergies possibles sur le médical ou le médicament par exemple… »

Le matin même, à Blois dans le cadre d’une rencontre avec les adhérents de la FHF, Olivier Boyer avait exposé le rôle possible des établissements supports pour soutenir certaines activités, dans un contexte régional de démographie médicale faible. « La sécurité des activités de maternité, de chirurgie et d’urgences est un défi permanent. Je nourris un certain espoir de ce que pourront ici apporter les groupements hospitaliers de territoire avec des avancées extrêmement concrètes pour chacun. J’exhorte par exemple les équipes du CHR à soutenir l’activité de soins de suite et réadaptation d’un établissement voisin. Nous savons que la fin d’une activité signifie aussi l’augmentation de la file d’attente aux urgences… Tout le monde a intérêt à trouver des solutions ensemble. »

Les autres villes visitées

Partagez sur